CONVERSATION CAFÉ – Donner du sens à un défi majeur (35 – 40 mins)

Qu’est-ce qui devient possible ? 

Vous pouvez engager et aider tous ceux qui sont impliqués à donner du sens à des événements perturbants ou choquants et préparer le terrain pour de nouvelles stratégies. Le format de Conversation Café permet aux participants de mener des conversations calmes et approfondies avec moins de controverses et plus d’écoute. Assis en cercle avec quelques règles simples à suivre et un bâton de parole, les petits groupes feront des tours de dialogue en évitant les disputes contre-productives. À mesure que le sens de leur défi se clarifie, une entente se forme qui permettra de libérer la capacité d’action.

À propos de bâton de parole : cela peut être n’importe quel objet qui peut se passer d’une personne à une autre. Quand vous l’avez en main, vous êtes invité à vous exprimer. Quand vous ne l’avez pas en main, vous êtes invité à écouter (et donc à vous taire). Cela peut être un objet naturel qui est agréable à tenir en main ou un objet artisanal ludique qui pourra égayer l’humeur de ceux qui sont trop sérieux. Par défaut, un livre, un stylo ou un feutre fera l’affaire

les éléments

Cinq Eléments Structurants  –  Spécifications Minimales

1. Invitation structurante

  • Invitez les participants à former des petits groupes pour écouter les opinions de chacun et réfléchir ensemble à une difficulté ou un enjeu commun en respectant six règles simples pour leur discussion.

2. Organisation de l’espace et matériel nécessaire

  • Un nombre illimité de groupes de 5 à 7 chaises autour de petites tables.
  • Un bâton de parole pour chaque groupe (bâton, pierre ou objet). 
  • Des marqueurs et une ou deux grandes feuilles de papier par table (facultatif).

3. Comment la participation est régulée

  • Tous ceux qui sont impliqués sont inclus

  • Tout le monde a la même opportunité de participer et contribuer.

4. Comment les groupes sont-ils organisés

  • Des groupes de 5 à 7 participants avec un mélange de fonctions diverses.

5. Étapes et timing

  • Présentez le sujet de la conversation, en général sous la forme d’une question. 
  • Expliquez qu’il y aura quatre tours de conversation à chaque table. Pendant les deux premiers tours, un bâton de parole sera utilisé. Pendant le troisième tour, la conversation sera ouverte et non régulée par un bâton de parole. Le dernier tour se fera avec un bâton de parole. Donnez la durée de chaque tour.
  • Distribuez les bâtons de parole.
  • Lisez les six règles de Conversation Café.
  • Demandez qu’un volontaire se désigne à chaque table comme hôte de la conversation. L’hôte est un participant à part entière dont le rôle est d’intervenir gentiment lorsque un participant déroge visiblement à l’une des six règles ; le plus fréquemment parlant et parlant sans relâche.
  • 1er tour avec le bâton de parole : chaque participant partage ce qu’il ou elle pense, ressent ou fait à propos du sujet de la discussion. 1 min. par personne.
  • 2ème tour avec le bâton de parole : chaque personne partage ses pensées et ses ressentis après avoir écouté tout le monde autour de la table pendant le premier tour. 1 min. par personne.
  • 3ème tour : conversation ouverte (utilisation optionnelle du bâton de parole). 20-40 min. 
  • 3ème tour avec le bâton de parole : chaque participant partage ce qu’il/elle emporte avec lui/elle. 5-10 min.

CONVERSATION CAFÉ

POURQUOI ? Objectifs

  • Donner du sens à une situation compliquée, difficile ou pénible et préparer le terrain pour pouvoir aller de l’avant.
  • Générer de nouvelles idées et un élan pour l’innovation.
  • Améliorer la compréhension commune sur la façon dont chacun développe ses idées et ses perspectives.
  • Eviter les disputes qui viennent des malentendus.
  • Etablir la confiance et réduire l’angoisse grâce à cette opportunité de catharsis.
  • Aider les participants à reconnaitre que la conversation comprend non seulement la parole mais AUSSI l’écoute.

Donner du sens à un défi majeur (35-60 min.)

CONVERSATION CAFÉ

ILLUSTRATION

Bons Tuyaux & Chausse-Trapes

  • Utilisez toujours le bâton de parole : il fait la différence.
  • Les participants doivent relire la listes des 6 règles à suivre avant de débuter la conversation.
  • Ne pas attribuer de tâches : le dialogue ne doit pas nécessairement conduire à l’action.
  • Animez le dialogue comme un diner, en encourageant chacun à participer et en gardant la conversation ouverte et spontanée. &Utilisez Wicked Questions pour approfondir la conversation.
  • Si il y a un problème, posez vous la question : « Est ce que l’on respecte bien nos règles de départ ? ». &Encouragez chacun à exprimer ses opinions.
  • Encouragez les plus silencieux à prendre la parole.
  • Pour les bâtons de parole, choisissez des objets qui ont une portée symbolique pour les participants. &Encouragez les participants à dessiner ou à noter des observations sur la feuille de papier commune.
  • Pour plus d’informations : renseignez vous sur le travail de Vicki Robin qui a créé la Conversation Café pour les communautés www.conversationcafe.org. 

Variation

  • Tout les participants, sauf un par table, peuvent changer de table toutes les 20 minutes à la manière de World-Café ( voir www.theworldcafe.com/ pour plus d’informations).
  • Ajoutez de l’enregistrement graphique. Placez des feuilles de papier à chaque table pour collecter les observations de chaque groupe. Encouragez le dessin et l’exploration ludique..
  • Pour passer à l’action, associez la conversation café à W3 (What, So What, Now What?), 15% SolutionsDesign StoryboardsUser Experience Fishbowl, ou Open Space.

Exemples

  • Pour donner du sens et commencer à se remettre d’un revers majeur ou d’un choc dans le marché ou dans l’environnement opérationnel (utilisé les premières fois dans des groupes américains après le 11 septembre 2001).
  • Pour explorer un nouveau sujet ou une tendance qui n’est pas bien comprise.
  • Pour manier un sujet qui risque d’entrainer des réactions fortes.
  • Pour réfléchir à la suite d’un changement majeur : Qu’est ce que ça veut dire ? Quelles hypothèses pouvons nous faire ? Quelles conclusions ont du sens ? En quoi pouvons nous croire désormais ?

Crédit: Les Liberating Structures ont été développées par Henri Lipmanowicz et Keith McCandless www.liberatingstructures.com

Version française : Frédéric de Verville / In Excelsis www.inxl.fr